Coupe du monde féminine: en conflit avec leur Fédération, les Jamaïcaines veulent envoyer un message

La défenseure jamaïcaine Allyson Swaby a assuré vendredi que si sa sélection remportait un premier match en Coupe du monde lors du Mondial 2023, cela enverrait le message aux dirigeants du football du pays que l’équipe féminine mérite un meilleur traitement.

Pour sa deuxième participation, la Jamaïque a surmonté une préparation chaotique pour le tournoi co-organisé en Australie et en Nouvelle-Zélande en prenant un point contre la France, pourtant annoncée gagnante, lors de son match d’ouverture (0-0). Elle se retrouve maintenant dans le rôle peu familier de favorite contre le Panama samedi (14h30) à Perth, pour ce qui serait sa toute première victoire en Coupe du monde. Ce serait également un pas de plus vers les huitièmes de finale. Selon Swaby, leur performance pourrait avoir des retombées importantes pour le football féminin dans la nation caribéenne.

“Le message que nous voulons faire passer a toujours été le même: le football féminin est légitime”, a déclaré la défenseure née aux États-Unis, prêtée au Paris Saint-Germain en janvier par le club américain d’Angel City.

“Nous sommes ici pour faire de la compétition, c’est notre gagne-pain, c’est ce qui nous apporte de la joie, c’est notre passion. Et nous allons toujours nous battre et faire pression pour être traités comme nous pensons devoir l’être”, a ajouté la joueuse de 26 ans, qui formait la charnière en défense contre la France avec sa soeur cadette Chantelle.

L’équipe a été aidée financièrement pendant plusieurs années par l’une des filles de Bob Marley

L’équipe du sélectionneur Lorne Donaldson est en conflit ouvert avec la Fédération de football de Jamaïque en raison d’un manque de soutien, symbolisé notamment par des problèmes de rémunération, et d’une mauvaise planification de la préparation à la Coupe du monde. Les Jamaïcaines ont dû se battre pour obtenir les ressources dont elles ont besoin pour participer aux compétitions. Pendant de nombreuses années, l’équipe a été aidée financièrement par Cedella Marley, l’une des filles de Bob Marley. Les joueuses frustrées, qui étaient également contrariées par les retards de paiement des primes de match, ont publié une déclaration le mois dernier pour demander à leur fédération de changer d’approche. Les “Reggae Girlz” ont évoqué une “désorganisation extrême de la logistique du camp” qui, selon elles, a nui à leur préparation. “En fin de compte, nos performances dans ce tournoi nous donneront plus de crédibilité pour aller de l’avant, en nous battant pour les choses que nous voulons voir changer”, a affirmé Swaby. Contre le Panama, largement battu (4-0) par le Brésil, la Jamaïque devra se passer des services de son attaquante vedette et capitaine Khadija Shaw, expulsée contre la France en fin de match.

Article original publié sur RMC Sport

You might also like...