Pascal Martinot-Lagarde: “Là je suis au fond du trou, j’ai envie de crier”

“C’est une énorme déception… et j’ai zéro excuse. Le niveau est devenu stratosphérique et moi je n’ai pas été assez présent.” Pascal Martinot-Lagarde a toujours assumé en grand professionnel ses résultats sur la piste. Et malgré la déception XXL de sa quatrième place en finale du 110m haies des championnats de France, synonyme de non sélection pour les Mondiaux, PML fait preuve d’une grande lucidité sur sa situation.

Derrière la jeunesse du trio Zhoya (13″01), Belocian (13″07) et Kwaou-Mathey (13″17), le champion d’Europe 2018 n’a rien pu faire. “D’habitude, pour être en équipe de France, il faut courir en 13″30. Et là je suis recalé avec 13″25… Les autres ont couru comme des médaillables mondiaux et moi comme un demi-finaliste, constate-t-il. J’avais l’habitude de sortir la tête de l’eau au dernier moment, mais là ça ne suffit pas”. Excepté Londres 2017 à cause d’une fissure au pied gauche, la crinière de Pascal Martinot-Lagarde était de tous les championnats du monde depuis dix ans.

“Si je me dis ‘les jeunes sont trop forts’, c’est fini… je suis un battant”

PML, au même titre que Kevin Mayer, Renaud Lavillenie ou Mélina Robert-Michon, faisait partie des joyaux de l’équipe de France. 2023 fera exception. “Je n’ai pas le choix, je dois prendre ces moments-là comme une chance, pour me vider la tête. Si je laisse les mauvaises pensées m’envahir comme celle de me dire: les jeunes sont trop forts, c’est fini pour toi…. Non, je ne veux pas! Je suis un battant!”.

Le Rémois a vite réagi après dix minutes d’hébétude, après le 110m haies, réconforté par Benjamin Crouzet, son entraîneur. “Je vais avoir les crocs. Là, c’est vrai, je suis au fond du trou. J’ai envie de crier. Ne pas être sur le podium, c’est du jamais-vu depuis 10 ans… Quand je pense que je vais être sur mon canapé pendant les Mondiaux…”. Les larmes ont coulé sur les joues de Martinot-Lagarde, qui, une fois n’est pas coutume, ne portait pas ses lunettes de vitesse.

Malgré tout, les minima pour les J.O de Paris dans la poche

Mais PML ne crache pas dans la soupe et félicite la jeune génération, à qui il souhaite de briller en Hongrie. Il pousse même le désormais double champion de France Sasha Zhoya à battre son record de France (12″95 en 2014). Zhoya sera accompagné de Wilhem Belocian et Just Kwaou Mathey aux Mondiaux de Budapest. Tous ont réussi d’énormes chronos (respectivement 13″01, 13″07, 13″17).

Et Pascal Martinot-Lagarde a eu l’élégance de ne pas évoquer sa seule chance de partir en Europe de l’est. Si un des trois premiers se blessent d’ici les Mondiaux, il pourrait malgré tout être appelé par Romain Barras, le directeur de la haute performance à la Fédération Française d’Athlétisme. Avec 13″25, PML a au moins réussi les minima pour les Mondiaux, mais aussi pour les Jeux Olympiques de Paris.

Article original publié sur RMC Sport

You might also like...

P