Maroc-Colombie : Linda Caicedo, la prodige colombienne de la Coupe du monde féminine qui a survécu au cancer

 L’attaquante colombienne Linda Caicedo est, à seulement 18 ans, la révélation de la Coupe du monde féminine de football 2023.

L’attaquante colombienne Linda Caicedo est, à seulement 18 ans, la révélation de la Coupe du monde féminine de football 2023.

FOOTBALL – Linda Caicedo est, à seulement 18 ans, la révélation de la Coupe du monde féminine de football. Après un but d’exception qui a permis à son équipe de dominer l’Allemagne (2-1) dimanche 30 juillet, l’attaquante virevoltante va tenter de réitérer l’exploit ce jeudi 3 août à l’occasion du dernier match de poule de la Colombie face au Maroc. Avec en ligne de mire l’objectif de qualifier les Cafeteras pour les huitièmes de finale.

Mais au-delà de ses prouesses footballistiques, le parcours de cette jeune Colombienne est tout simplement exceptionnel : entre son combat remporté contre le cancer, sa lutte pour la défense de l’environnement, et son homosexualité assumée dès l’adolescence, Linda Caicedo est une force de la nature. Et un modèle, dans son pays et ailleurs.

Un cancer des ovaires à 15 ans

Ce phénomène de précocité, qui a joué en un an la Copa América, le Mondial des moins de 17 ans, celui des moins de 20 ans et celui des adultes, sera difficile à déloger dans la catégorie du plus beau but de cette Coupe du monde féminine. Portée par un public en furie en Australie, elle a marqué un but de classe mondiale au Sydney Football Stadium dimanche dernier, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Treize ans plus tôt, Linda Caicedo débarquait au Real Juanchito, le club de Villagorgona exclusivement masculin jusque-là. Pendant six ans, elle ne joue qu’avec des garçons, puis avec des filles plus âgées qu’elle, alors que le football féminin commence tout juste à se développer en Colombie.

En juillet 2019, à l’âge de 14 ans seulement, elle débute sa carrière professionnelle avec l’America de Cali, l’un des meilleurs clubs du pays. Quatre mois plus tard, elle est appelée pour la première fois en équipe nationale. Mais son ascension fulgurante est brusquement interrompue en 2020, lorsqu’en pleine pandémie de Covid-19, la jeune joueuse commence à ressentir des douleurs à l’abdomen.

Après avoir subi des examens médicaux, elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer des ovaires. Deux semaines après le diagnostic, en mars 2020, Linda Caicedo est opérée d’une tumeur, ce qui a nécessité l’ablation d’un de ses ovaires, relate la BBC. « Le jour de l’opération, j’ai cru que je ne pourrais plus jamais jouer au football de haut niveau » , se souvient-elle auprès du quotidien sportif espagnol Mundo Deportivo.

Grâce au soutien de sa famille et de son entraîneur, elle parvient à reprendre des forces. « On peut s’en sortir, on peut surmonter le cancer. Je suis un exemple », poursuit-elle avec une fierté légitime. Deux ans plus tard, elle décroche le titre de meilleur joueur de la Copa América 2022, l’équivalent sud-américain de l’Euro de football, un tournoi au cours duquel la Colombie a obtenu grâce à sa qualification pour la finale (et au titre de meilleure joueuse de Linda Caicedo) son ticket pour la Coupe du monde.

« Travaillons en équipe pour un monde sans plastique »

Désormais remise, son état de santé est tout de même toujours scruté, d’autant plus que, jeudi 27 juillet, des douleurs thoraciques l’ont empêché de terminer un entraînement. Son équipe a immédiatement cherché à rassurer dans un communiqué, indiquant que la joueuse ne « s’était pas évanouie » et allait « bien ».

Mais au-delà de son combat contre la maladie et de ses performances sportives, Linda Caicedo se distingue sur d’autres terrains. Elle utilise notamment les réseaux sociaux comme une arme pour défendre les causes qui lui tiennent à cœur. Alors qu’elle est encore toute jeune, comme en témoignent son air juvénile et son appareil dentaire, Linda Caicedo déclare à 15 ans son homosexualité et partage des photos sur TikTok de celle qui partage son quotidien.

Un courage salué par la communauté LGBTQ+, alors que la jeune femme évolue dans un pays conservateur et où l’homophobie demeure répandue. La capitale Bogota a en effet recensé « 111 homicides et féminicides contre des personnes caractérisées comme population LGBTQI, entre le 1er janvier et le 20 octobre 2022 », a récemment fait savoir le procureur général du pays.

Toujours sur TikTok, Instagram et Twitter, Linda Caicedo use aussi de sa notoriété pour mener des campagnes contre la pollution plastique dans les océans. Le 15 mars, elle a partagé une vidéo de dauphins et poulpes avec une nageoire ou un tentacule coincé dans du plastique, en déplorant : « Malheureusement, des espèces comme celles-ci ont été découvertes dans notre pays, travaillons en équipe pour un monde sans plastique. »

Ascension sociale

Aussi brillante à l’école que sur le terrain, Linda Caicedo a décroché son diplôme de fin d’études secondaires à seulement 15 ans. « Elle est née avec le don d’être une fille qui, quoi qu’elle demande à Dieu, se donne les moyens d’y parvenir et réussit », a déclaré fièrement son père à l’AFP. « Elle a une façon de penser et d’agir qui fait qu’on pourrait penser qu’elle est plus âgée ».

Née dans la ville de Candelaria, non loin de Cali dans l’Est du pays, Linda Caicedo est issue d’un milieu pauvre et n’a jamais oublié les sacrifices qu’elle a dû consentir pour arriver à mener une si brillante carrière footballistique. Elle s’est récemment rendue dans sa ville de jeunesse et a fait don de centaines de sacs de nourriture à des personnes démunies.

Quelques jours seulement après ses 18 ans, l’étoile montante a signé avec le Real Madrid. « Je gagne de l’expérience tous les jours dans cette équipe », analyse-t-elle a posteriori, tout en ayant conscience qu’elle a « encore beaucoup à apprendre ». « C’est ma première Coupe du monde senior, je veux en profiter. J’ai beaucoup de temps devant moi », conclut-elle avec une grande maturité. Mais après deux victoires en deux matches et des huitièmes de finale qui tendent les bras à son équipe, et malgré toute sa modestie, Linda Caicedo porte déjà les espoirs de tout un pays dans ce Mondial.

À voir également sur Le HuffPost :

Maroc-Corée du Sud : Nouhaila Benzina, première joueuse voilée à disputer un match de Coupe du monde

Coupe du monde féminine : la BBC s’excuse pour une question « inappropriée » posée à la capitaine du Maroc

You might also like...

P